Interview de Ronald Holland, technicien de communication lors de la mission Apollo 11, par Linda Moulton Howe

Lors de la mission Apollo 11, Neil Armstrong aurait été confronté à des extraterrestres.

Résumé de l'interview de Ronald Holland conduite par Linda Moulton Howe

Lors de la mission Apollo 11, la retransmission télévisée au public était décalée de 10 secondes par rapport à ce qui se passait sur la Lune. Ce décalage était utilisé pour couvrir les imprévus qui auraient pu se produire, ou éventuellement ne pas retransmettre certaines informations au public.

Ronald Holland, 77 ans, retraité de la NSA et ancien opérateur du Goddard Space Flight Center (Maryland), a contacté Linda Moulton Howe récemment, et lui fait part d’importantes informations. En 1969, au moment de la mission Apollo 11, il était technicien de communication au Goddard Space Flight Center. Ce centre travaillait alors en tandem avec la salle de contrôle de la NASA à Houston. Du fait du poste qu’il occupait à ce moment-là, il a pu entendre ce qui se disait pendant les 10 secondes de décalage.

Linda Moulton Howe l’a alors interviewé. R. Holland lui a expliqué que juste après que N. Armstrong ait posé le pied sur la Lune, les fameuses 10 secondes de décalage avaient été retranchées à la diffusion télévisée en direct.

Armstrong a dit « Ils nous regardent depuis le cratère ». 

En descendant de la capsule, selon Holland, Armstrong a dit « Ils nous regardent depuis le cratère ». Ces paroles ont évidemment été immédiatement retirées de la diffusion en direct. Ronald Holland et son équipe ont compris qu’il ne s’agissait pas d’humains venant de la Terre mais d’extraterrestres.

Holland dit qu’il aurait pu s’agir de terriens, car tout comme ses collègues, il suspectait que l’US Air Force se soit en réalité déjà rendue sur la Lune, avant la mission Apollo 11. Il avait vu des photos clairement retouchées de la face cachée de la Lune, prises en orbite par l’US Air Force qui travaillait indépendamment de la NASA. Sur ces photos, Il avait pu apercevoir des structures hautes, avec des angles droits, ressemblant à des bâtiments.

Selon lui, l’US Air Force disposerait de technologies très avancées, gardées secrètes. Une grande partie de cette technologie viendrait de l’Allemagne nazie, suite au déploiement de l’opération Paperclip. Une autre partie de ces avancées proviendraient de la technologie découverte sur le site du crash de Roswell, qui aurait fait l’objet d’une rétroconception (reverse-engineering).

Ce témoignage en corrobore d’autres, comme celui de William Mills Tompkins, retraité de la Navy, qui a travaillé avec le Dr. Robert Wood sur plusieurs livres relatant ce qu’il avait vu: des photos montrant des extraterrestres (reptiliens) sur la Lune et sur Mars.

Note personnelle: ce témoignage de Ronald Holland concernant les structures qui seraient présentes sur la Lune rappelle celui du Sergent Karl Wolfe, que vous pouvez regarder ici (en anglais également):

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *